Anorexie et boulimie: deux témoignages (Ouest-France 30/09/2014)

Anorexie et boulimie: deux témoignages

Les anorexiques et boulimiques anonymes se sont réunis ce week-end. Deux Nantaises témoignent.

Anorexiques et boulimiques, Alexandra et Mireille n’ont pas envie de le redevenir. Mais anonymes, elles tiennent à le rester. C’est la base de fonctionnement d’Aba, Anorexiques et boulimiques anonymes, et aussi son efficacité.

« Ici j’étais écoutée sans qu’on me dise il faut faire ci, il faut faire ça. Je ne me sentais pas jugée, raconte Mireille 18 ans. J’ai fait des régimes dès l’âge de 14 ans et je pratiquais du sport à outrance, de deux à trois heures par jour. Puis j’ai craqué. D’anorexique, je suis devenue boulimique. La bouffe m’obsédait. J’avais honte ».

Mireille s’est sentie bien avec Aba car elle était libre d’y aller ou pas. « Au bout d’un an, ça s’est régulé, raconte-t’elle. Mais j’ai encore besoin de soutien et aussi de partager sur ce que je vis. »

Alexandra, 30 ans, est aussi passée par Aba. « Au bout d’un mois, tout allait mieux. Maintenant ça fait 9 ans que c’est régulé », témoigne la jeune femme. Pourtant, elle revient de loin. De 16 ans à 21 ans, elle se faisait vomir de trois à cinq fois par jour. « J’ai tout essayé: les thérapies, les médecines douces… Ici, j’ai ressenti un grand soulagement, car les autres te comprennent », se souvient Alexandra.

Ici, anorexie et boulimie se soignent par la parole. Ce week-end, le groupe Aba de Nantes (il y en a sept en France) a réuni ses membres pour une convention. Ils ont travaillé sur leurs expériences et leurs méthodes. Comme celle du programme des vingt-quatre heures, qui consiste à vivre juste pour aujourd’hui. Ou celle du parrainage de rétablissement, où chacun en aide un autre particulièrement. « Nous avons un fonctionnement quasiment identique aux alcooliques anonymes », décrivent les membres de l’association.

Contact. Aba Nantes, tél. 06 46 16 69 44, réunions à 20h le mardi, salle de la Manu, 10 bis, boulevard Stalingrad, à Nantes.